Noticias

Dédié à Victoria Alcalá

Dedicado a Victoria Alcalá

Hier, je ai reçu un très important nouvelles, Victoria Alcalá m'a confirmé la reprise. Il ya quelque temps, le pilote avait des problèmes de santé qui l'éloignait de la competeción. Il a récupéré et impatient de monter sur un vélo a fait de lui, avec son équipe (Patrimoine Córdoba) décider de participer à la CAV sur une ZX6R, mais il est revenu à des complications. Tous ceux qui connaissent et aiment, attendu est des nouvelles fantastiques.

Maintenant, je suis très bien, Je travaille toujours avec les médecins, mais la chose se passe bien

Quand je ai dit cela, la joie me envahit et la question ne pouvait être

MF: Cela signifie-t vous allez faire la CAV?

Le. Alcalá: Oui, pas moi, je pourrais perdre

Et Heureux, heureux de savoir que nous allons voir sur la bonne voie, heureux car il sera heureux et heureux parce que je sais que les accidents sur le podium

Par leur lutte et d'efforts pour continuer à faire ce qu'il aime et pourquoi il est un champion, nous allons partager avec vous quelque chose de Almeria a écrit dans son jour.

MI ADRENALINA ANTES DE SALIR A UNA CARRERA

Une demi-heure avant le départ, je commence à avoir le singe, mes chaussettes fleurs, ma chemise blanche à pois et bottes Colorines. Il n'y a que 15 minutes pour laisser, commencer ma séance d'étirements, étirer chaque partie de mon corps, surtout avant-bras,Indications et freiner plus fort que les autres. Drôle d'époque et d'essayer de rester en dehors du monde, mais il est difficile, quelque ami me demander, -Quoi de neuf, Nerf?-. Je réponds hochant, Je essaie de ne pas parler trop pour ne pas desconcentrarme. Le temps ne passe pas, il ya encore assez de temps pour le départ de la course, laissez la case de la voie des stands à regarder, Je ne sais pas que je regarde, mais je vais regarder et découvre que je ne suis pas le seul, Regardez aussi plusieurs pilotes, le tout avec un look similaire, nerveux, désireux d'obtenir YA! .

Je porte un casque et des gants, mes mécaniciens me regardent et me donnent un signe que tout est OK!. Je reçois sur le vélo,r spiro profonde et déchiré le moteur, tirez l'embrayage, mettre 1 et a perdu lentement jusqu'à ce que je vois la moto commence à se déplacer, mettre regard et concentré, encore perdu. Alors que je remarque quelques tapes sur mon épaule, touche sur le bras et le dos. Habituellement mes mécaniciens, mon père, mes amis et Luis et Cristina, qui sont toujours avec moi en tout temps et que votre façon d'essayer de me qui sont avec moi dire. Je ne les regarde pas, mais ils savent que je ai remarqué, Je vous en suis reconnaissant,et je en ai besoin. Je sors habituellement moments avant de clôturer la piste d'accès, pas passer beaucoup de temps dans la grille de cuisson au gril soleil.

Quand je trouve mon site, Je ai hâte, na-je pas voir plus que l'asphalte et le fond d'un virage à droite. Je ne ai personne en face, avoir une piste claire, absolument sont tous derrière. La piste est pleine de mécanique, Fille avec un parasol et des personnes. Ils prennent une bannière minute, tout le monde barbecue à l'extérieur, commencé le long des lignes de la grille pour le tour d'échauffement ou de formation.

Je reçois sur mon site, prierait instamment le vélo deux doigts derrière la ligne blanche, Je levai les yeux et mon monde devient un sémaphore, cardiaque accéléré commence, bouche sèche moi. Soudain, la lumière devient rouge, serrer les dents et me ont coupé le souffle… Il se éteint, Je ai la montée d'adrénaline, mon cœur ne rentre pas dans le singe, changer à la seconde, troisième, quatrième et joue lente, Cherchant un écart et décider d'arrêter, où la raison me dit que je ai rejeté,et je remarque un coup derrière, pas très forte, mais juste assez pour me faire oublier que je suis venu dernière. Site et commencer à regarder comme un gaz ouverte désespérée, aller au prochain coin de rue et commencer à visualiser qui vont troisième, pas mal du tout, après que quelqu'un m'a touché moi.

Mon cœur se met à battre normalement, enfin, je ai un peu de salive dans la bouche. Le guidon est toujours là, pas besoin de continuer à presser la fois, Je commence à entendre à nouveau le son des moteurs, Je remarque l'air par le cou, et ce est à ce moment que je me sens comme si mon corps ne me appartient pas, Ce est comme un rêve, Ce est difficile à expliquer, crainte d'un instant disparaître complètement pour faire place à une satisfaction absolue, Je suis sur un nuage, Je apprécie, suis…………….Dans une carrière.

Publié 2/03/2011

© Motocyclisme Féminin


Leave a Reply

Your email address will not be published.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>